Lutte

Découvrir

La lutte est une discipline sportive et un sport de combat. Il en existe un très grand nombre de variétés mais on peut en distinguer trois principales : la lutte libre (LL), la lutte gréco-romaine (GR) et la lutte féminine (LF).

La lutte est un système de combat à mains nues au cours duquel les adversaires se mesurent au corps à corps. L’objectif est de remporter le combat soit en faisant tomber l’adversaire au sol et en maintenant ses deux épaules collées au tapis : c’est le tombé ; soit en gagnant aux points. Il existe cependant des règles particulières selon les différents styles. Ne pas confondre avec le catch aussi nommée « lutte professionnelle » ou simplement « lutte » au Québec.

Lors des Jeux olympiques, l’apparition de la lutte à Athène en 1896 fut tellement importante d’un point de vue historique qu’elle devint l’élément central des Jeux. Elle était perçue comme la vraie réincarnation de la lutte grecque et romaine de l’Antiquité.

Les Règles

Le tapis

Constitué d’un matériau conçu pour amortir les chutes en absorbant l’onde de choc et éviter les brûlures par friction, un tapis de lutte (12m x 12m) comporte 3 zones distinctes :
La surface centrale de lutte est un cercle bleu foncé de 7m de diamètre dans lequel les lutteurs doivent s’efforcer de rester. Au centre est tracé un cercle de 1m de diamètre où débute le combat.

La zone de passivité est une bande orange d’1m de largeur bordant la surface centrale. Le lutteur qui y pénètre risque une pénalité.

Surface centrale et zone de passivité forment conjointement la zone de combat (9m de diamètre)
La surface de protection, en bleu, est située en périphérie du tapis. L’entrée dans cette zone provoque une interruption du combat et entraîne une pénalité pour le lutteur impliqué.
2 coins du tapis sont marqués aux couleurs des lutteurs (rouge / bleu). Ils constituent la zone de récupération entre 2 manches.

Le combat

Les règles internationales de lutte sont édictées dans un double souci d’activité permanente et d’intensivité maximale.

La durée du combat varie selon les catégories d’âge :

U20 | U23 | Senior | Vétéran  >  6 minutes, réparties en 2 manches de 3 minutes séparées par 30 secondes de récupération.
U15 | U17  >  4 minutes, réparties en 2 manches de 2 minutes séparées par 30 secondes de récupération.
U13  >  3 minutes sans arrêt du chronomètre.
U7 | U9 | U11  >  2 minutes sans arrêt du chronomètre.
La victoire peut s’obtenir :
par tombé, quand un lutteur réussit à maintenir les 2 épaules de son adversaire plaquées au tapis pendant au moins 1 seconde. Le combat cesse alors immédiatement.
aux points, par le lutteur qui cumule à l’issue des 2 manches le plus de points au regard d’une cotation technique des actions.
par supériorité technique avant la fin du combat, si un lutteur obtient une avance au score significative : 10 pts en lutte libre / féminine, 8 pts en lutte gréco-romaine.
En cas d’égalité au terme du combat, la victoire revient au lutteur ayant reçu le moins d’avertissements (priorité au respect des règles), ou à défaut, ayant réalisé l’action la plus élevée (priorité au risque technique), ou à défaut ayant marqué en dernier (priorité à la combativité).

Une règle de passivité veille à maintenir à tout moment un engagement suffisant des lutteurs, afin de garantir au combat un caractère spectaculaire. Les pénalités appliquées varient selon le style :

en lutte libre / féminine : un lutteur insuffisamment actif reçoit un 1er avertissement verbal (“attention”). A la 2ème passivité, un chrono annexe (“shot-clock”) est déclenché obligeant le lutteur passif à marquer durant une période d’activité de 30s, faute de quoi il concède 1 pt. Cette procédure s’applique également au lutteur désigné par l’arbitre comme inactif en cas de score vierge après 2 minutes de combat en 1ère manche.
en lutte gréco-romaine : pour les 2 premières passivités, le combat est arrêté, le lutteur actif reçoit 1 pt et peut choisir entre la position parterre ou debout pour reprendre. A partir de la 3ème passivité, le lutteur actif reçoit 1 pt sans arrêt du combat.

Arbitrage

L’arbitrage est assuré par un corps de 3 arbitres : un arbitre central, présent sur le tapis et chargé d’attribuer les points techniques, un juge et un chef de tapis. La validation d’une cotation technique nécessite le consensus d’au moins 2 arbitres. La langue internationale d’arbitrage est le français.
La cotation d’une action technique dépend de son amplitude et du degré de mise en danger de l’adversaire. Un lutteur est considéré en danger dès lors que sa ligne de dos fait face au tapis (“exposition”) en formant avec lui un angle < 180° en position debout ou < 90° au sol
1 pt : sortie de tapis sur action offensive | tombé instantané (contact furtif des 2 épaules inférieur à 1s)
2 pts : amené à terre (déséquilibre de l’adversaire debout entraînant sa chute à plat ventre avec saisie contrôlée) | retournement de l’adversaire au sol en exposant son dos au tapis
4 pts : projections (déséquilibre de l’adversaire debout entraînant sa chute dos exposé au tapis)
5 pts : projections de grande amplitude
EnglishFrenchGermanItalianSpanish