Triple saut

Découvrir

Le triple saut est une épreuve d’athlétisme consistant à couvrir la plus longue distance possible en sautant à partir d’une marque fixe, après une course d’élan, et en exécutant une séquence de trois sauts. L’IAAF définit la discipline comme tel : « Le triple saut consiste en un saut à cloche-pied, une enjambée et un saut, effectués dans cet ordre. Le saut s’effectuera de telle sorte que l’athlète retombe d’abord sur le pied avec lequel il a pris son appel, puis au deuxième saut, sur l’autre pied, à partir duquel le saut est terminé ».

Le triple saut est représenté aux jeux olympiques modernes depuis leur première célébration en 1896. À l’origine le triple saut se compose de deux cloches-pied puis d’un saut. Les Irlandais, qui ont développé cette discipline, remarquent que l’on va plus loin avec un bond sur la jambe d’appel plutôt que sur l’autre, et qu’ainsi le « hop, step and jump » qui existe aujourd’hui est plus efficace que le triple bond simple. Le triple saut est toutefois longtemps resté une discipline délaissée. La NCAA qui régit les compétitions universitaires américaines ne l’officialisera qu’en 1962. Ces jugements permettent à un autre pays, le Japon, de dominer jusqu’à la fin des années 1930 les podiums et records internationaux.

Sur le plan technique, le découpage des sauts explique à lui seul l’évolution de la discipline. Lors du record du monde établi par Mikio Oda en 1931 avec une performance de 15,58m, le saut se détaille ainsi : 6,50m au premier bond, 3,56m au deuxième et 5,52m au dernier. Cela montre que le premier saut est maximisé, au détriment des sauts suivants. À noter que son successeur, Chuhei Nambu, également japonais, sera le seul à détenir à la fois le record du monde du saut en longueur et du triple saut.

Les Règles

Spécificités

– Tout comme le saut en longueur, les athlètes ont une course d’élan pour gagner de la vitesse et prennent leur impulsion avant une planche (située à 13, 11, 9 ou 7 mètres du sable, selon le niveau, la catégorie et le sexe). Au terme du dernier saut, ils atterrissent dans du sable pour amortir leur chute.

– Les trois bonds successifs exécutés sont : un cloche pied, une foulée bondissante et un saut en longueur.

– Le saut s’effectuera de telle sorte que l’athlète retombe d’abord sur le pied avec lequel il a pris son appel, puis au deuxième saut, sur l’autre pied, à partir duquel le saut est terminé. Ce ne sera pas considéré comme une faute si l’athlète, durant son saut, touche le sol avec sa jambe “morte”.

– La distance pour les hommes entre la ligne d’appel et l’extrémité la plus lointaine de la zone de réception sera au moins de 21m.

– Pour les compétitions internationales ou encore de haut niveau national, la ligne d’appel ne sera pas à moins de 13m pour les hommes et 11m pour les femmes du bord le plus proche de la zone de réception. Pour toutes les autres compétitions, cette distance sera appropriée au niveau de la compétition :

(a) Pour les épreuves individuelles :
La planche sera placée à 11m pour les Cadets et à 9m pour les Cadettes. Le jour des Championnats de France Cadets, la planche pourra être placée à 13m pour les garçons et à 11m pour les filles. Pour les Minimes (G. et F.), elle pourra être placée à 11m, 9m ou
7m selon le type de réunion, à la discrétion du Juge Arbitre de ladite réunion.

(b) Pour les championnats par équipes toutes catégories :
Se reporter aux règlements spécifiques des différents championnats.
S’il n’existe pas de deuxième planche, il en sera figuré une par une bande blanche de 20cm de large faisant corps avec la piste d’élan, et à partir de laquelle l’appel se fera, le bord le plus proche de cette bande s’appellera la ligne d’appel. Le concours débutera avec la planche la plus proche de la fosse et se poursuivra avec l’autre. Dans chaque sous concours, l’ordre fixé par le tirage au sort sera respecté.

EnglishFrenchGermanItalianSpanish