Floorball

Découvrir

Le floorball est un sport collectif où deux équipes de cinq joueurs et un gardien s’affrontent en trois tiers-temps de vingt minutes. L’objectif est de mettre la balle dans le but adverse à l’aide d’une crosse. Ce sport peut également se jouer en trois contre trois (en plus d’un gardien) sur un petit terrain équivalent à la moitié du grand terrain.

Les origines exactes du floorball sont mal connues. Il est généralement considéré comme une évolution du hockey sur glace, permettant notamment de continuer à jouer durant la période estivale dans les pays où les patinoires étaient en plein air. Il se pratiquait alors en été, en gymnase ou à l’extérieur. La Fédération Internationale de Floorball (IFF), créée en 1986, compte aujourd’hui plus de 60 nations affiliées. En Europe, 25 font d’ailleurs l’objet d’une reconnaissance officielle de leur Comité Olympique ou de leurs autorités sportives de tutelle. L’IFF recense 300 000 licenciés dans plus de 4000 clubs et mais le floorball est régulièrement pratiqué par un nombre de personnes dépassant largement la barre des deux millions à travers le monde, tant il est enraciné dans certains pays et en forte croissance aux quatre coins du globe. En Suède, on l’appelle innebandy et c’est le sport national. En Suisse, on parle plus volontiers d’unihockey, et c’est désormais le deuxième sport collectif derrière le football et devant le volley en termes de licenciés.


Le Floorball n’est plus une discipline régionale. Elle est en en plein essor, et sa marge de progression reste énorme. Le meilleur témoignage : le Floorball et l’IFF sont reconnus officiellement par le Comité International Olympique, depuis décembre 2008.

Les Règles

Quelques spécificités du floorball

    Terrain

    Le terrain fait 40m de long pour 20m de large et est entouré d’une bande en polymère (appelée rink) de 50cm de haut, qui lui donne sa forme. On y évolue à 6 joueurs, dont un gardien. Les buts sont distants de 37 mètres.

    Il existe une variante petit terrain permettant de jouer dans une salle moins grande. Le petit terrain fait 24m de long sur 14m de large et est entouré d’une bande de 30 à 50cm de haut. On y évolue à 3 joueurs et un gardien. Les buts sont distants de 18m (1/2 grand terrain ou la taille d’un terrain de volley) mais conservent la même taille que sur le grand terrain. Ce mode de jeu est utilisé régulièrement dans les catégories d’âge les plus jeunes (U10, U7) et en Suisse (plusieurs milliers de licenciés).

    Sur le plan international, le floorball se joue uniquement sur grand terrain. Les championnats nationaux/régionaux grand terrain et petit terrain sont indépendants.

    Zones de but et de protection

     

    Deux surfaces sont délimitées à proximité des buts : la grande est la zone de but, la petite est la zone de protection (cette dernière est exclusivement réservée au gardien).
    • En cas de faute commise dans la zone de but (sans penalty), le coup franc sera reculé à une distance de 3,5m de la zone de protection du gardien
    • Toute faute qui annihile une situation évidente de but (peu importe qu’elle ait été commise dans la zone de but ou en dehors) est sanctionnée par un penalty
    • Ni la défense, ni l’attaque n’ont le droit de mettre le pied dans la zone de protection du gardien. Lors de la formation d’un mur, si un défenseur a un pied dans cette zone et que le coup franc est tiré en direction du but, un penalty est sifflé (situation évidente de but)
    • Lorsque le gardien se saisit de la balle, les joueurs attaquants doivent se tenir à une distance minimale de 3m de l’endroit où il a pris la balle. S’ils se tiennent plus près sans s’éloigner, ils peuvent être sanctionnés par un coup franc et si, en plus, ils essaient de gêner le gardien ou d’intercepter la balle, ils doivent être sanctionnés par une pénalité de 2 minutes

    Situations standard

    On appelle situations standard les différentes formes de reprise du jeu. Ce sont les suivantes :

    • Bully : au point central au début de chaque période et après chaque but marqué ; sur l’un des 6 points de bully dans tous les autres cas (reprise du jeu après une pénalité différée lorsque l’équipe fautive reprend la balle de manière correcte, ou après une interruption du match en raison d’un joueur blessé, d’une balle cassée, d’un but déplacé, etc.). Exécution : pieds parallèles, crosses parallèles et ne touchant pas la balle, les 2 mains sur la crosse.
    • Balle sortie : lorsque la balle sort du terrain ou touche des objets (ou le plafond) au-dessus de celui-ci. Exécution : similaire à un coup franc, mais toujours à 1,5 m (1 m sur petit terrain) de la bande.
    • Coup franc : accordé à une équipe après une faute de l’équipe adverse. Exécution : balle frappée (et non accompagnée ni conduite) ; se joue à l’endroit de l’infraction, sur le point de bully le plus proche en cas d’infraction derrière le prolongement de la ligne de but ou à 3,5m de la zone de protection si l’infraction a été commise à proximité de (ou dans) celle-ci. Les adversaires doivent se tenir à 3m, canne comprise, de la balle, sinon une pénalité de 2 minutes sera prononcée.
    • Penalty : en cas de faute annihilant une situation claire de but. Exécution : le joueur s’engage depuis le milieu du terrain pour un face à face avec le gardien ; le joueur et la balle ne peuvent pas s’arrêter ni reculer les deux en même temps ; seuls le gardien, le tireur et les arbitres sont sur le terrain durant l’exécution du penalty.

    Une situation standard ne doit pas être retardée sans motif valable. Si l’équipe exécutante perd du temps inutilement, un coup franc sera accordé à l’autre équipe (y compris pour l’exécution incorrecte d’un bully). Si l’équipe fautive perd du temps volontairement, elle se verra infliger une pénalité de 2 minutes.

    Pénalités

    Voici les différentes sortes de pénalités existant au floorball :

    • Pénalité de 2 minutes : le joueur pénalisé doit s’asseoir sur le banc de pénalité pour 2 minutes. Pendant ce temps, son équipe joue avec un joueur en moins. Une pénalité de 2 minutes est annulée en cas de but marqué par l’équipe adverse, mais uniquement si celle-ci est en supériorité numérique (si les deux équipes jouent avec un joueur en moins, aucune pénalité n’est annulée). Si le gardien ou un entraîneur reçoit une pénalité de 2 minutes, c’est un autre joueur de l’équipe qui doit la purger.
    • Pénalité de 5 minutes : le joueur pénalisé doit s’asseoir sur le banc des pénalités pour 5 minutes. Pendant ce temps, son équipe joue avec un joueur en moins. Une pénalité de 5 minutes n’est jamais annulée. Si le gardien reçoit une pénalité de 5 minutes, il doit la purger lui-même et être remplacé ; un joueur supplémentaire l’accompagnera sur le banc des pénalités.
    • Pénalité de 10 minutes : c’est une pénalité personnelle prononcée pour antisportivité. Elle est toujours accompagnée d’une pénalité de 2 minutes. Le joueur pénalisé doit s’asseoir sur le banc des pénalités, accompagné d’un joueur supplémentaire qui purgera la pénalité de 2 minutes. La pénalité de 10 minutes ne commence à être décomptée qu’une fois la pénalité de 2 minutes accompagnante terminée ; dès ce moment, l’équipe est de nouveau au complet. Si le gardien reçoit une pénalité de 10 minutes, il doit la purger lui-même et être remplacé ; un joueur supplémentaire l’accompagnera sur le banc des pénalités. Si un entraîneur reçoit une pénalité de 10 minutes, il devra prendre place dans les tribunes et y rester jusqu’à la fin du match.
    • Pénalité de match (carton rouge) : c’est une expulsion prononcée pour de graves antisportivités ou manquements. Elle est toujours accompagnée d’une pénalité de 5 minutes. Le joueur ou l’entraîneur expulsé doit quitter le terrain de jeu et se tenir à un endroit où il ne peut exercer aucune influence sur le jeu (en général, au vestiaire ; en tout cas, pas sur les gradins). Un joueur de l’équipe purgera la pénalité de 5 minutes, durant laquelle l’équipe jouera avec un joueur en moins. Il existe trois sortes de pénalités de match :
      • pénalité de match I : le joueur est exclu du match, sans sanction supplémentaire ;
      • pénalité de match II : le joueur est exclu du match et est suspendu pour le prochain match ;
      • pénalité de match III : le joueur est exclu du match, est suspendu pour le prochain match et reçoit une sanction supplémentaire décidée par la commission disciplinaire.

    Toutes les pénalités peuvent être différées. Les arbitres diffèrent une pénalité (en levant le bras à la verticale) si l’équipe non fautive peut profiter de l’avantage malgré la faute commise. Dès que l’équipe fautive entre en possession de la balle ou que le jeu doit être interrompu pour une autre raison, les arbitres siffleront et prononceront la pénalité. Le jeu reprendra par un bully dans le premier cas mentionné ou par la situation découlant de l’interruption dans le deuxième cas. Après une pénalité non différée (prononcée immédiatement), le jeu reprendra par un coup franc (sauf si la pénalité a été prononcée lors d’une interruption de jeu).

    Fautes de joueur

    • Le joueur ne peut jouer la balle que jusqu’à la hauteur des genoux et lever la crosse jusqu’à la hauteur des hanches (mouvement de tir plus haut permis si personne ne se trouve à proximité).
    • Le joueur ne peut pas frapper avec sa crosse le corps de l’adversaire ou sa crosse (2 minutes minimum si répété / dangereux / par-derrière…).
    • Les contacts durs (body checks) sont interdits (2 minutes au minimum), seul le contact épaule-épaule est autorisé. L’utilisation d’une autre partie du corps pour un contact est interdite (infraction pousser).
    • Le joueur ne peut pas sauter et arrêter la balle alors qu’il a les deux pieds décollés du sol.
    • Le joueur doit jouer la balle avec la crosse, les pieds, les jambes ou le torse.
    • Le joueur ne peut pas toucher la balle volontairement avec les bras ou les mains (2 minutes).
    • Le joueur ne peut pas toucher la balle volontairement avec la tête.
    • Le joueur ne peut pas jouer au sol, ni sans crosse (2 minutes).
    • Le joueur ne peut pas toucher deux fois de suite la balle avec le pied.
    • Le joueur ne peut pas marquer un but volontairement avec une partie du corps.
    • Le joueur ne peut pas reculer contre un joueur (faute d’attaquant).
    • Le joueur ne peut pas mettre sa crosse ou son pied entre les jambes de l’adversaire.

    Gardien

    • Le gardien joue sans crosse et doit toujours attraper la balle en ayant une partie du corps dans la zone de but.
    • Il peut néanmoins sortir de la zone de but, mais il est alors considéré comme un joueur sans crosse (il ne peut pas toucher la balle des mains, ni au sol, ni deux fois de suite avec le pied, etc.)
    • Lorsqu’il bloque la balle, il doit la relancer rapidement (on dit souvent « 3 secondes », même si le règlement ne précise pas la durée).
    • Il ne peut pas dégager ou faire une passe au-delà de la ligne médiane, sauf si la balle a touché le sol, les bandes ou un joueur avant de la franchir.
    • Il ne peut pas recevoir une passe adressée volontairement par un coéquipier ni saisir la balle sous contrôle de ce dernier (règle de la passe en retrait, analogue au football).
    • Il ne peut pas marquer un but lui-même (même si la balle a touché le sol, les bandes ou un joueur avant de franchir la ligne médiane).

    A propos de Globbz

    L'équipe

    Devenir ambassadeur

    Devenir partenaire

    Mentions Légales

    Nous contacter

    EnglishFrenchGermanItalianSpanish