Football gaélique

Découvrir

Le football gaélique est le sport le plus populaire d’Irlande. Si le jeu ressemble à un mélange de rugby à XV et de football, il est moins violent que ces derniers, puisque le plaquage et le tacle sont interdits. Les règles sont simples et offrent plus de liberté à l’équipe qui attaque. C’est un sport totalement amateur, et chaque joueur ne peut jouer que pour une seule équipe dans toute sa vie, celle du comté dont il est originaire.

Le football gaélique est un des quatre sports gaéliques dirigés par l’Association athlétique gaélique(GAA) qui est la plus grande association en Irlande tant par le nombre de ses membres que par son influence. Ce sport est basé sur de strictes règles d’amateurisme. Le sommet sportif est la finale du championnat inter-comtés (le All-Ireland Senior Football Championship). Ce sport descend d’une ancienne forme de football pratiquée en Irlande connue sous le nom de Caid dont on retrouve la trace dès 1537 et dont la modernisation des règles (toujours en vigueur de nos jours) date de 1887. Le football gaélique se joue par équipes de quinze joueurs, sur un terrain rectangulaire avec des buts en forme de H mêlant les buts de rugby à XV pour leur forme élevée et ceux de football pour la partie basse. Le premier objectif est de marquer des points en envoyant par un coup de pied ou en boxant la balle dans les buts adverses. 

La première mention de football en Irlande remonte à 1308 quand John McCrocan, un spectateur de jeu de football à Newcastle dans la banlieue de Dublin fut accusé d’agression sur un joueur nommé William Bernard. Le statut de Galway de 1527 autorise le jeu de « foot balle » et le tir à l’arc mais interdit le « hokie » et le hurling ainsi que d’autres sports.

Les Règles

Quelques spécificités du football gaélique

    Le terrain

    Le terrain est de forme rectangulaire. Il mesure entre 130 et 145 mètres de long et entre 80 et 90 de large. Des terrains plus petits tant en largeur qu’en longueur peuvent être utilisés pour les jeunes de moins de 15 ans.

    Durée du match

    Tous les matchs de football gaélique font 60 minutes, divisées en deux mi-temps de 30 minutes chacune. Les matchs du championnat national senior font exception à cette règle : ils durent 70 minutes avec deux mi-temps de 35 minutes. Un match ne pouvant se terminer par un match nul, deux solutions existent en fonction des compétitions : on rejoue le match ou on joue une prolongation de 20 minutes (avec deux mi-temps de 10 minutes).

    Les équipes

    Les équipes sont composées de 15 joueurs qui se répartissent ainsi :

    À ces quinze joueurs s’ajoutent quinze remplaçants. Cinq d’entre eux peuvent pénétrer sur le terrain pendant un match. Chaque joueur est numéroté de 1 (gardien de but) à 15 (avant centre). Le gardien de but porte un maillot de couleur différente de tous les autres joueurs.

    Le Ballon

    Le ballon est de forme sphérique, similaire au ballon de football, mais plus lourd. L’enveloppe est constituée de bandes rectangulaires plutôt que des hexagones ou des pentagones utilisés sur les ballons de football, ce qui lui donne des allures de ballon de volley-ball. Le ballon peut être frappé du pied ou de la main.

    Les buts et le décompte des points

    Il existe deux façons de marquer au football gaélique :

    • si le ballon passe entre les poteaux et au-dessus de la barre transversale, on marque 1 point.
    • Si le ballon entre dans le but sous la barre transversale, on marque un but, soit 3 points.

    Ces points doivent être validés par un assesseur présent près des buts. Pour ce faire, il lève un drapeau blanc (pour un point) ou vert (pour un but).

    Les points sont comptabilisés de cette façon :

    Équipe A : 0-15
    Équipe B : 1-11

    Ce qui signifie :

    Équipe A : 0 but et 15 points
    Équipe B : 1 but et 11 points, soit 14 points.

    L’équipe A est victorieuse.

    Le jeu

    Le porteur du ballon n’a pas le droit de faire plus de quatre pas en portant le ballon. Pour continuer son action et progresser sur le terrain, le joueur doit effectuer un dribble (comme au basket-ball). Il peut alors repartir pour quatre pas. Il doit ensuite enchaîner sur un toe-tap c’est-à-dire lâcher le ballon sur son pied et le renvoyer dans ses mains.

    On peut donc schématiser une séquence de progression comme cela :

    • 4 pas + 1 dribble + 4 pas + un toe-tap et ainsi de suite…

    Le joueur n’a pas le droit de ramasser le ballon au sol avec les mains. Il faut soulever le ballon avec le pied, faire un petit jongle pour se l’amener dans les mains (un pick-up).

    La passe à la main est autorisée, mais la passe se fait en boxant le ballon avec le plat du poing si elle est effectuée vers l’avant. Il faut propulser le ballon de telle façon qu’au moment de la frappe les deux mains soient en contact avec celui-ci. La manchette de type volley-ball est interdite.

    Les contacts physiques sont très réglementés. Si les contacts épaule contre épaule sont autorisés, les plaquages comme ceux que l’on retrouve au rugby sont interdits.

    Toute faute de jeu est pénalisée : le joueur relance le jeu en tapant le ballon au pied depuis le lieu de la faute.

    L’arbitrage

    Au football gaélique il y a jusqu’à 8 arbitres pour diriger une rencontre :

    • L’arbitre de champ (arbitre principal) ;
    • 2 juges de touche ;
    • le quatrième arbitre, également juge de touche remplaçant (en All-Ireland Championship uniquement) ;
    • 4 assesseurs ou umpires (2 derrière chaque but).

    L’arbitre central est responsable du bon déroulement de la partie. Il juge les fautes de jeu, compte les points, et sanctionne quand cela est nécessaire.

    Les juges de touche jugent les remises en jeu après que le ballon soit sorti du terrain.

    Le quatrième arbitre, placé sur le bord du terrain, gère les remplacements et le chronométrage.

    Les assesseurs valident les points. Vêtus d’une blouse blanche, ils agitent un drapeau blanc pour valider les points et un drapeau vert pour les buts marqués. Pour signaler que le point n’est pas marqué ils mettent leurs bras en croix sans prendre les drapeaux.

    Tous les arbitres peuvent signaler une faute à l’arbitre central et l’aider dans sa prise de décision. L’arbitre central a toujours le dernier mot et peut invalider une décision d’un de ses subordonnés.

    A propos de Globbz

    L'équipe

    Devenir ambassadeur

    Devenir partenaire

    Mentions Légales

    Nous contacter

    EnglishFrenchGermanItalianSpanish