Karaté

Découvrir

Le karaté est un art martial dit Japonais. Cependant, il est originaire du Royaume de Ryukyu, un ancien royaume indépendant, conquis par le japon en 1870. Il s’est développé sur l’île d’Okinawa, en dérivant la boxe de la grue blanche, pratiqué dans la province du Fujian, lors d’échanges avec la Chine impériale des Qing. En 2021, le karaté deviendra sport olympique provisoire lors des olympiades à Tokyo. Il existe plusieurs styles de karaté dont le Shotokan-ryu, le Wado-ryu, le Shito-ryu ou encore le Goju-ryu.

En 1975, la Fédération Française de Karaté et Arts Martiaux Affinitaires (FFKAMA) devient indépendante de la Fédération Française de Judo et Monsieur Delcourt est élu Président. Il développera la discipline sur le plan national durant près de 22 ans, jusqu’en 1998 où Gérard Garçon lui succédera de 1998 à 2001. En 2005, la FFKAMA change de dénomination et devient Fédération Française de Karaté et Disciplines Associées (la FFKDA puis la FFK). Par la suite, Francis Didier, alors Directeur Technique National, sera élu le 13 janvier 2001 en tant que Président de la Fédération Française de Karaté et Disciplines Associées. Il honore actuellement son 6ème mandat à la tête de la FFK.

Les Règles

– Un combat dure en moyenne d’une à trois minutes. Les karatékas évoluent avec force et technique, tout le corps pouvant être utilisé pour attaquer et se défendre. Les mains, les pieds agissent comme dans un ballet pour toucher l’adversaire. Il ne s’agit pas seulement de donner des coups, mais également d’esquiver, de balayer, de parer.

– Les karatékas sont jugés sur leurs qualités humaines et techniques, ayant à prouver leur combativité, leur efficacité et leur précision. Dans certaines formes de karaté les points sont comptés en fonction des cibles précises à atteindre, à moins qu’il ne faille porter un coup avec précision ou alors contrôler son geste, qui sera avec ou sans contact avec le corps de l’autre.

– Si le comportement du sportif est blâmable, il sera pénalisé par un avertissement. Viser les genoux ou les parties génitales sont des pratiques à bannir. Le gagnant est celui qui a marqué le plus de points durant le combat.

– Les points sont accordés lorsque 2 juges au moins ont brandi leur drapeau pour afficher leur volonté d’accorder un tel point au même compétiteur.

Pour ce faire, ils prennent leur décision d’après les critères suivants :

Ø      Le potentiel d’efficacité de la technique considérée

Ø      La conservation de l’état de vigilance de l’attaquant

Ø      Le fait que la technique a été portée avec un bon timing

Ø      Le fait que la technique a été déclenchée à distance correcte

Le score

IPPON  = 3 points = coup de pied visage

WAZA-ARI = 2 points = coup de pied au corps

YUKO = 1 point = technique de Point

IPPON est accordé pour :

Ø      Coups de Pied JODAN

Ø     Toute technique valable effectuée sur un adversaire au sol, qu’il ait été projeté, balayé ou qu’il soit tombé par sa propre faute. Une durée de 2 secondes est accordée; il faut que cette action soit correctement exécutée sur une surface d’attaque reconnue

WAZA-ARI est accordé pour coups de pied CHUDAN

YUKO est accordé Pour :

Ø      JODAN ou CHUDAN TSUKI (y compris les techniques réalisées dans le dos)

Ø      JODAN ou CHUDAN UCHI

Le regard doit être dirigé vers l’adversaire, l’attaquant ne doit pas tourner la tête

Balayage effectif non suivi d’une technique : aucun point ne sera attribué

Les surfaces d’attaque

Les attaques sont limitées aux surfaces suivantes :

Ø      Tête

Ø      Visage

Ø      Cou

Ø      Abdomen

Ø      Poitrine

Ø      Dos

Ø      Côtés

Ø      Une technique sur l’omoplate est comptabilisée

Explication d’attribution de points

Pour que les points soient accordés, le principe général est qu’ils doivent être attribués à la majorité des votes des juges (au moins 2 drapeaux). Un point est donc attribué par l’arbitre dès que 2 drapeaux de la même couleur sont donnés par les juges.

En cas d’égalité des drapeaux, deux cas peuvent se présenter :

Ø 2 drapeaux rouges et 2 drapeaux bleus sont donnés par les juges : l’arbitre attribue le point à chaque compétiteur

Ø 1 drapeau rouge et 1 drapeau bleu sont donnés par les juges : l’arbitre n’attribue aucun point

Dans l’attribution d’un point, les critères doivent être pris en considération dans l’ordre suivant :

Ø Le vote majoritaire des juges (couleur des drapeaux)

Ø Le niveau de la technique validée (YUKO, WAZA-AH ou IPPON) sera remplacé uniquement par l’application d’1, 2 ou 3 points en fonction de la technique

Si aucun drapeau ne se lève au Yame de l’arbitre, ce dernier relance immédiatement le combat pour TSUZUKETE HAJIME (« continuer de combattre ») sans avoir à annoncer TORIMASEN (« technique nulle »). Cette dernière annonce n’est effectuée que dans les seuls cas suivants :

Ø 1 drapeau rouge et 1 drapeau bleu se lèvent

Ø 1 seul drapeau se lève, quelle que soit sa couleur

En cas de discordance entre les juges, l’arbitre attribue le niveau de points qui a obtenu au moins 2 drapeaux. Quand 2 juges se prononcent en faveur du combattant bleu, le premier en signalant 1 point et le second en signalant 3 points : l’arbitre ne pourra accorder que 1 point. Si un juge accorde 1 point, un second juge accorde 2 points et un 3ème accorde 3 points (les 3 juges en faveur du même combattant) : l’arbitre doit accorder 1 point.

Le résultat d’un combat est déterminé par un avantage de 8 points.

A propos de Globbz

L'équipe

Devenir ambassadeur

Devenir partenaire

Mentions Légales

Nous contacter

EnglishFrenchGermanItalianSpanish