Kin-ball

Découvrir

Le Kin-ball a été créé en 1986 au Québec par un éducateur sportif, Mario Demers. Préoccupé par la démotivation des jeunes à entreprendre une activité physique régulière et par l’augmentation de l’obésité, il se lance dans la création d’un sport qui renverse tous les codes habituels des sports collectifs. Il n’y a plus de face à face : ce sont 3 équipes qui se rencontrent sur un même terrain, modifiant complètement le rapport à l’adversaire. Les règles mêmes du sport instaurent nécessairement une grande collaboration entre les joueurs : tout le monde doit toucher la balle avant qu’elle ne soit lancée, aucune stratégie n’est possible sans communication préalable dans l’équipe… La coopération, le fair-play et l’esprit d’équipe sont des valeurs indissociables de ce sport qui sont les éléments constitutifs des règles du jeu.

En France, c’est en 2001 qu’un Angevin, Olivier Bouvet, étudiant alors en STAPS au Québec, décide à son retour de développer ce sport dans sa région d’origine. Il créa alors l’association sportive Kin-ball Angers (ASKBA). Au même moment, Eric Le Gall, éducateur sportif à l’USEP, découvre ce sport dans une revue sportive. Il crée, quelques semaines plus tard, un autre club à Moncontour en Bretagne sous le nom de « Be seeing you ». Leur objectif commun est de développer leKin-ball au niveau régional puis au niveau national. Cela se traduit par la création d’une union nationale en 2003.

Les Règles

Quelques spécificités du Kin-ball

– Le principe du Kin-ball est de réunir trois équipes de quatre personnes sur un terrain de 20m x 20m autour d’un ballon d’1m22 de diamètre pesant moins d’1kg. L’objectif est de ne pas faire toucher le ballon au sol.

– Une équipe appelle une des deux autres équipes adverses juste avant de lancer le ballon. L’équipe appelée doit récupérer le ballon avant qu’il ne tombe par terre, avec n’importe quelle partie du corps. Si l’équipe appelée y parvient, c’est à son tour d’attaquer. Dans le cas contraire, elle remet en jeu le ballon et donne 1 point aux deux autres équipes.

– La 1ère équipe à remporter 3 périodes de 13 points gagne le match. Dès qu’une équipe remporte 11 points, l’équipe qui a le moins de points sort et les 2 derniers points se jouent à 2 équipes. L’équipe qui atteint 13 points en premier remporte la période.

– Si une équipe n’arrive pas à empêcher le ballon de toucher le sol, le point va aux autres équipes.

– Lorsqu’une faute est commise lors du lancer ou de la réception, les équipes non fautives marquent chacune un point.

– Lorsqu’une équipe arrive à 11 points, un arrêt de jeu est sifflé. L’équipe ayant le moins de point est retiré du terrain pour que les deux autres équipes s’affrontent. L’équipe qui atteindra les 13 points gagne cette période. Pour gagner le match une équipe doit gagner 3 périodes. Au début de chaque période, le pointage est remis à 0 pour les trois équipes.

– Les phases de jeu sont rapides puisqu’elles durent environ 10 secondes. On essaie de renvoyer la balle le plus rapidement possible pour que les adversaires n’aient pas le temps de la récupérer.

– Le jeu se pratique avec un ballon d’un diamètre de 1,22 mètre. Il est constitué d’une enveloppe synthétique et d’une vessie en caoutchouc. Une fois gonflé, il pèse entre 800 g et 1 kg.

– Il est aussi nécessaire, pour chaque équipe de disposer de dossards de couleur pour chacun des joueurs. Les couleurs officielles sont le bleu, le gris et le noir. Anciennement le rose a également été utilisé.

– L’arbitre est équipé d’un sifflet et d’un chronomètre, de même que d’un compteur spécifique pour le pointage des points, conçu pour noter simultanément le score de trois équipes.

    – Les trois valeurs essentielles véhiculées par le Kin-ball sont les suivantes :

    • la coopération : Tous les joueurs d’une équipe doivent toucher le ballon avant qu’il ne soit renvoyé à une des équipes adverses : il n’y a pas de laissé-pour-compte.

    • le fair-play : Aucun commentaire n’est permis sur le terrain, que ce soit vis-à-vis de ses adversaires, de sa propre équipe ou encore de l’arbitre. Seul le capitaine de l’équipe peut demander une explication à l’arbitre.

    • l’esprit d’équipe : Quand on maîtrise la technique de ce sport, on gagne à mettre en place des tactiques pour surprendre ses adversaires et ainsi gagner des points. L’entente entre les équipiers est essentielle pour gagner.

    A propos de Globbz

    L'équipe

    Devenir ambassadeur

    Devenir partenaire

    Mentions Légales

    Nous contacter

    EnglishFrenchGermanItalianSpanish