Plongeon

Découvrir

Le plongeon repose sur des critères artistiques et techniques. La discipline s’organise autour de trois épreuves : tremplin à 1 et 3 mètres et plate-forme à 10 mètres ! Pour les deux premières hauteurs, les plongeurs s’élancent d’un tremplin. En haut-vol, les athlètes plongent d’une plate-forme en béton surplombant le bassin de 10 mètres.

Les performances sont notées par des juges sur différents critères. Le groupe, la forme, le nombre de saltos et le nombre de vrilles déterminent la note finale. Un plongeon peut être avant, arrière, renversé ou retourné. Le corps peut être en position tendue, carpée, groupée ou libre. Dans ce dernier cas, le plongeur effectue une combinaison des trois positions. Chaque plongeon a un coefficient de difficulté différent qui rentre en ligne de compte dans la notation finale. En effet, la note d’exécution attribuée par les juges est multipliée par le coefficient de difficulté. Le tout est ensuite multiplié par 0,6 pour obtenir la note finale.

La discipline intègre les Jeux Olympiques lors de leur troisième session moderne à Saint-Louis en 1904. La discipline a longtemps été dominée par les Américains, mais depuis les années 1980 la Chine s’affirme comme le leader. Le plongeon fait partie des épreuves des mondiaux de natation dès la création de ces derniers en 1973.

Les Règles

Quelques spécificités du plongeon

Hauteurs

Les différentes hauteurs à partir desquelles les plongeurs s’élancent en compétitions officielles sont :

  • les tremplins : à 1 et 3 mètres : Ces plongeoirs sont des planches souples en composite, à l’extrémité de laquelle le plongeur rebondit pour augmenter la hauteur du plongeon. Leur rigidité est réglable grâce à un rouleau que l’on peut déplacer sous le tremplin afin d’augmenter ou de diminuer le levier. Les compétitions au 1m et 3m sont reconnues par la fédération internationale, mais seul le 3m est représenté aux Jeux Olympiques.
  • Les plateformes : à 5, 7.5 et 10 mètres : Les plongeoirs sont des plateformes en béton. Aux J.O. et aux Championnats du monde, seul le 10m est représenté. Pour les autres compétitions, une seule et même compétition regroupe toutes les hauteurs, et le plongeur a le choix d’effectuer ses sauts sur le plongeoir de son choix. Cependant la difficulté est fonction de la hauteur.

Complexité des plongeons

Le but de la compétition est donc de faire un saut à la fois esthétique et difficile. Dans cette dernière optique, la composition des plongeons est à la fois très réglementée et complexe. Elle se fonde sur les éléments suivants :

  • Le groupe, fondé sur la position et le sens du départ, ainsi que celui de la rotation.
  • La forme, ou la position du corps durant la phase aérienne
  • Le nombre de saltos
  • Le nombre de vrilles

Le tout est exprimé par un code numérique.

Groupes de plongeon

Les plongeons sont répartis en 6 groupes :

  • 1. Plongeons avant : le plongeur, face au bassin, effectue une rotation transversale (salto) vers l’avant.
  • 2. Plongeons arrière : le plongeur, dos tourné au bassin, effectue une rotation transversale (salto) vers l’arrière.
  • 3. Plongeons renversés : le plongeur, face au bassin, effectue une rotation transversale (salto) vers l’arrière, tout en avançant (translation).
  • 4. Plongeons retournés : le plongeur dos tourné au bassin, en équilibre sur la pointe des pieds, effectue une rotation transversale (salto) vers l’avant, tout en reculant (translation).
  • 5. Plongeons contenant des vrilles.
  • 6. Plongeons à partir d’un appui renversé sur les mains (à l’équilibre).

Nombres de salto

Celui-ci est exprimé en demi tours (ou demi salto) car les plongeons peuvent entrer dans l’eau soit par les pieds, soit par la tête, quelle que soit la position de départ.

  1. Demi salto : plongeon si le départ s’est fait sur les pieds, ou rétablissement si le départ était en équilibre
  2. Salto : un tour entier, avec une entrée dans le même sens que le départ (pieds ou tête)
  3. Salto et demi
  4. Double salto

Et ainsi de suite…

Positions

Chacun des plongeons peut être effectué dans l’une des quatre positions suivantes :

  • Tendu : le plongeur garde son corps en une position droite, pieds joints et orteils pointés. La seule variante permise est la position des bras. Elle est représentée par la lettre « A ».
  • Carpé : le plongeur ne plie son corps qu’au niveau des hanches; il garde les jambes droites et les orteils pointés. Le plongeur peut écarter les bras sur les côtes (carpé ouvert), saisir l’arrière de ses jambes (pour les sauts périlleux) ou encore toucher ses orteils des deux mains (plongeon arrière carpé ou plongeon renversé carpé). Elle est représentée par la lettre « B ».
  • Groupé : le plongeur plie son corps aux hanches et aux genoux en gardant les jambes groupées et les orteils pointés. Il saisit des mains le devant de ses jambes, au niveau des tibias. Elle est représentée par la lettre « C ».
  • Libre : cette position est uniquement utilisée dans certains sauts périlleux avec vrilles, elle consiste en une combinaison des trois premières positions : p.ex. tendu (durant la vrille) puis groupé (pour régler l’entrée); tendu puis carpé; ou encore groupé (dans le cas d’un premier salto sans vrille) puis tendu puis carpé. Elle est représentée par la lettre « D ».

La cotation des sauts

  • Chaque plongeon est coté par les juges qui conviennent d’une note d’exécution.
  • Celle-ci est multipliée par le coefficient de difficulté du plongeon.
  • Le tout est multiplié par 0.6, donnant ainsi le total des points du plongeur.

La performance d’un saut est donc fonction de son élégance et de sa difficulté.

Les notes de tous les sauts sont additionnées pour donner le score final. Le plongeur ayant obtenu le meilleur total gagne la compétition.

Le coefficient de difficulté

Chaque plongeon est doté d’un « coefficient de difficulté ». Il est calculé en considérant le groupe, la position, le nombre de vrilles et de périlleux et la hauteur à laquelle le plongeon est exécuté. Plus la difficulté technique du plongeon est élevée, plus le coefficient est élevé.

La note d’exécution

Lors des compétitions de plongeon, à chaque saut, sept juges attribuent une cote au plongeur. On enlève les deux cotes extrêmes (la plus élevée et la moins élevée) et on additionne les cinq restantes pour former la note d’exécution. Toutes les étapes de la performance sont examinées : l’approche, l’envol, la technique, la grâce durant l’exécution et l’entrée dans l’eau.

L’éventail de notation est le suivant :

  • Manqué : 0 point
  • Faible : 1/2 à 2 points
  • Insuffisant : 2 1/2 à 4 1/2 points
  • Satisfaisant : 5 à 6
  • Bon : 6 1/2 à 8 points
  • Excellent : 8 1/2 à 10 points

A propos de Globbz

L'équipe

Devenir ambassadeur

Devenir partenaire

Mentions Légales

Nous contacter

EnglishFrenchGermanItalianSpanish